Romanipe dénonce les attaques racistes contre les Roms en Bulgarie et en Croatie

20 avril 2016 — POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Romanipe dénonce fortement les deux attaques récentes envers les minorités ethniques roms en Croatie et en Bulgarie. La semaine dernière, un jeune Romani s’est fait battre parce qu’il s’était déclaré égal à un homme non rom qui l’avait menacé. Hier, une maternelle pour enfants roms, au sein d’une communauté rom à Zagreb, a été victime d’un attentat à la bombe.

Malheureusement, ces deux événements ne sont pas des cas isolés. Ils reflètent plutôt le racisme continu auquel doivent faire face les communautés roms chaque jour, et ce, partout en Europe. Romanipe souhaite aujourd’hui exprimer son inquiétude envers ces attaques racistes qui continuent de se produire en dépit des mesures nationales et internationales qui ont été récemment adoptées par les états membres de l’UE pour contrer les mouvements anti-roms.

Nous nous attendons à ce que les autorités concernées enquêtent rapidement et efficacement sur ces attaques contre les Roms en exposant, notamment, leurs motifs apparemment discriminatoires et en posant des actions concrètes pour s’assurer que de tels événements ne se répètent pas à l’avenir.

La montée des mouvements extrémistes qui promeuvent une rhétorique anti-rom a forcé plusieurs Roms à chercher refuge au Canada pour être épargnés des violences en Europe. Malheureusement, même au Canada, les Roms n’ont pas été capables d’échapper à la discrimination. Sous l’ancien gouvernement, les Roms étaient qualifiés de « faux réfugiés » ne méritant pas la protection du Canada. L’adoption de plusieurs mesures législatives et de politiques visant à restreindre les critères d’acceptation des demandeurs roms au pays en a résulté.

Nous souhaitons, par le fait même, répéter notre demande au gouvernement canadien pour qu’il reconnaisse enfin la discrimination à laquelle font face les populations roms à l’heure actuelle en Europe. Nous demandons aux gouvernements européens de prendre les moyens concrets pour mettre fin à la persécution des Roms. Nous demandons également au gouvernement canadien de mettre fin au concept de « pays d’origine désigné » dans le processus d’immigration.

En conclusion, nous demandons à la communauté internationale de même qu’aux partis concernés d’instaurer les mesures nécessaires pour combattre la discrimination envers les Roms et de continuer à rallier l’attention internationale à leur cause.

 

Advertisements