Les Canadiens demandent la reconnaissance officielle du genocide des Roms

2017-08-02-1501687176-1397144-commemorationromagenocide

Le 2 Août 2017,
Monsieur le Premier Ministre,

Nous vous faisons parvenir cette lettre aujourd’hui dans le but de réitérer notre demande de reconnaissance officielle du génocide des Roms et des Sintis, (« Porrajmos »), lors de l’occupation de l’Europe par les nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale.

En plus de commettre le génocide des Juifs, les nazis ont commis le génocide des Roms et des Sinti. Les plus récents relevés estiment qu’entre 500 000 et 1 000 000 de Roms et de Sintis ont été assassinés par les nazis et leurs alliés au cours de la même période. Le 2 août 1944, les derniers 2 897 hommes, femmes, personnes âgées et enfants roms et sintis emprisonnés dans le Zigeunerlager (« camp tsigane ») d’Auschwitz-Birkenau ont été assassinés. Pour ces raisons, la communauté rom internationale a choisi le 2 août comme journée de commémoration du Porrajmos rom et sinti.

Les Roms furent parmi les premières victimes de l’idéologie nazie, fondée sur la « pureté de la race ». Cette idéologie, exacerbée par l’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933, mena à la mise en place d’une multitude de lois anti-roms. Les lois de Nuremberg, qui ciblaient les Juifs, furent adoptées en 1935 et, vers la fin de l’année, elles furent modifiées pour inclure les « tsiganes, les nègres et leurs enfants bâtards ». En 1936, le docteur Robert Ritter fut nommé directeur du Centre de recherche sur l’hygiène raciale et la biologie démographique. Peu de temps après, les premiers ghettos de Roms firent leur apparition et la déportation vers des camps de travail débuta.

Malgré ces faits avérés, le sort des Roms sous le régime nazi demeure largement méconnu. Encore aujourd’hui, le génocide des Roms porte avec justesse le qualificatif de « holocauste oublié ». Après la guerre, trop peu d’attention politique et pédagogique a été consacrée sur le sort des Roms et des Sintis. Au cours du procès de Nuremberg, l’assassinat collectif des Roms et des Sintis a été à peine mentionné, et aucun témoin rom n’a été appelé à témoigner.

En avril 2015, le Parlement européen a finalement adopté une résolution visant à reconnaître le fait historique qu’est le Porrajmos. Cette résolution stipule « qu’une journée européenne devrait être consacrée à la commémoration des victimes du génocide des Roms durant la Deuxième Guerre mondiale ». De plus, le texte « souligne qu’il est fondamental de lutter contre l’antitsiganisme à tous les niveaux et par tous les moyens, et souligne que ce phénomène constitue une forme particulièrement persistante, violente, récurrente et répandue de racisme ».

Romanipe invite le gouvernement canadien à suivre l’exemple du Parlement européen et à reconnaître officiellement le Porrajmos. Cette reconnaissance redonnerait une légitimité légale et morale aux peuples roms et sintis, leur permettant d’entrer, enfin, dans l’histoire de l’Holocauste et de prendre activement part aux cérémonies, aux commémorations et aux événements officiels qui visent à honorer les victimes de la Deuxième Guerre mondiale.

Notre incapacité à reconnaître le génocide rom perpétue et normalise la haine et la discrimination envers ce peuple. L’année dernière, le monument dédié aux victimes du génocide des Roms à Berlin a été outrageusement saccagé. De tels événements nous indique qu’il reste énormément de travail de sensibilisation à faire pour changer les perceptions et les attitudes et pour promouvoir une culture fondée sur la compréhension et le respect plutôt que sur la haine. Votre message inscrit dans le livre de l’humanité du musée d’Auschwitz mentionne la nécessité de se rappeler de ce douloureux épisode de notre histoire et souligne l’importance de s’engager à ne plus jamais laisser de telles horreurs se perpétrer. Le manque d’indignation face aux récents meurtres de Roms  par des extrémistes de droite en Europe témoigne du réel danger de l’oubli du passé.

C’est pour cela que nous demandons au gouvernement canadien de respecter son engagement auprès de l’Alliance internationale sur la mémoire de l’Holocauste dont l’un des objectifs est la reconnaissance du génocide des Roms. La reconnaissance officielle du 2 août comme jour consacré à la mémoire du Porrajmos est une façon de soutenir les communautés roms dans leur droit solennel de mémoire et de veiller à ce que les récits des victimes et des survivants roms et sintis soient enfin entendus, commémorés et honorés. Un tel geste contribuera également à condamner la haine et la violence actuelle subie par les communautés roms et sintis et à reconnaitre leur discrimination et persécution continuelle.

Nous invitons votre gouvernement à faire une déclaration qui appellera l’attention sur les souffrances des Roms et des Sintis pendant l’Holocauste et à souligner cet événement avec déférence le 2 août.

Signataires:

Romanipe, Musée de l’Holocauste à Montréal, Hoodstock Montréal , Communication, Ouverture, Rapprochement Interculturel (C.O.R.), Toronto Roma Community Centre (RCC), World Romani Dialects Translation Bureau, Romani Criss, TernYpe International Roma Youth Network, Phiren Amenca International Network, La voix des Rroms, European Roma Rights Centre (ERRC), Armenian National Committee of Canada (ANCC), Irwin Cotler Founder of Ra- oul Wallenberg Centre For Human Rights, Professor Nandini Ramanujam, McGill Centre for Human Rights, Faculty of Law, François Crépeau, Professor, McGill University, Amnesty Inter- national Canada (English Branch) Amnistie Internationale (Francophone), Freeman Family Foundation Holocaust Education Centre of the Jewish Heritage Centre of Western Canada, Manitoba Multifaith Council, Rev. Dr. James Christie Director, Ridd Institute for Religion and Global Policy, Centre Khemara, Alliance Genocide Awareness and Remembrance (AGAR), European Roma Grassroots Organisations Network (ERGO), Fondation Azrieli, Canadian Scandinavian Foundation, Holocaust Education and Genocide Prevention Foundation

Gabriel Nadeau-Dubois, Deputy Gouin, Québec Solidaire.

Députés:

Elizabeth May, MP of Saanich – Gulf Islands, Leader of the Green Party of Canada

Hélène Laverdière, Laurier – Sainte-Marie
Alexandre Boulerice, Rosemont-La Petite-Patrie
Ali Ehsassi, Willowdale
Cheryl Hardcastle, Windsor — Tecumseh
Anthony Housefather, Mont-Royal

Advertisements